Publié dans Cuisine, Huiles essentielles

Petit voyage dans le temps : le thym à linalol

Voilà la plante aromatique qui a la senteur de mon enfance : le thym. Elle me rappelle les balades dans la garrigue autour du Pont du Gard, les chemins rocailleux, les pins, la terre sèche avant l’orage. Les petits bouquets bien secs qu’on ramassait pour servir en tisane ou dans la cuisine. Aujourd’hui protégé, on ne peut plus le ramasser ainsi. Mais, je l’avoue, le thym parfume tous les plats provençaux que j’aime. Ah, les daubes, civets, et ratatouilles qui embaumaient la maison… Et les tisanes du soir auxquelles on ne pouvait échapper…

Dans mon exploration des huiles essentielles, l’une des premières que j’ai adoptée est la douce HE de thym à linalol. Elle a la l’odeur de la garrigue et du miel ; en diffusion dans une pièce elle dégage une senteur douce et sucrée. Je m’y suis intéressée car le producteur et distillateur de la Rivière des Arômes, à Rozans a mentionné le fait que sa composition (chémotype) est moins élevée en thymol que d’autres variétés de thym (thym vulgaire à thymol, thym vulgaire à thujanol). DSC04686Elle peut être utilisée chez l’adulte et l’enfant pour les affections de l’appareil respiratoire et stimule les défenses immunitaires. Elle a des propriétés antibactériennes, antifongiques et antivirales. Pour ma part, j’en mets deux gouttes dans une cuillerée de miel, et je trouve cela très efficace pour lutter contre un début de rhume, de toux ou de rhino-pharyngite, mon point faible en cas de stress, je l’avoue.

Elle a d’autres applications que l’appareil respiratoire, elle s’applique comme tonique, neurotonique, en massage, mais aussi pour les affections gastriques, les cystites. En ce qui concerne la peau, pour lutter contre les mycoses, et autres problèmes infectieux, psoriasis, ou verrues. Elle est aussi vermifuge. A noter tout de même qu’elle est déconseillée pendant les trois premiers mois de grossesse. Je vous donne mon petit secret: c’est le miel de châtaignier de l’ami Jérôme Lefèvre, apiculteur à Pujaut près d’Avignon, qui accompagne cette HE de thym. Il faut rendre la chose agréable, non?
Pour ceux qui ont été bercés par les bonnes paroles de Fabrice Bardeau et de sa « Pharmacie du Bon Dieu », les tisanes de thym et les décoctions sont de grands classiques. Le thym aide à lutter contre les rhumes, l’asthme, les affections pulmonaires, intestinales, urinaires, et la fatigue et l’asthénie.

Au cours de l’histoire, de nombreux botanistes y consacrent de nombreux chapitres. Dans la Grèce Antique, Téophraste, Hypocrate et Galien, mais aussi Virgile et Pline se sont penchés sur le thym. Puis au Moyen -Age, Hildegarde de Bingen, et ses contemporains ont exploré les applications du thym. Les aspects tonique, stimulant, et expectorant reviennent dans les écrits au cours des siècles. En eau florale, elle stimule les défenses immunitaires, et convient aux enfants. C’est donc pour moi tout à la fois un voyage dans le temps et l’occasion d’explorer les vertus de la garrigue.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s